End of the Weak 2HD Records confirme son engagement, de manière pérenne, auprès du célèbre contest de MC End of the Weak, en devenant partenaire officiel. Restructuré avec près de 30 dates en France : 22 pré-sélections, 6 finales régionales et 1 finale nationale - 2HD Records s'engage au service du EOW France, en mettant à son service l’ensemble de ses moyens logistiques et humains en matière d'organisation et de communication pour soutenir et faciliter la réussite des prochaines éditions.

End of Weak : Le débrief de la saison 2016

La saison 2015-2016 de la franchise Française du EOW a livré son verdict à Nantes le 28 mai dernier.  Retour sur les temps forts de cette 8ème saison qui a vu des retours, des confirmations et surtout des révélations.

Le tableau final de la saison 2016 du End Of the Weak FranceLe Tableau final de la saison 2016 du End Of the Weak France

Voici le tableau final et notez bien les noms de tous ces mc’s car vous devriez sans doute les revoir dans un avenir proche… Cette saison était d’un niveau général particulièrement élevé, preuve que le rap français est toujours en forme et que la relève est là. Cela démontre également toute la nécessité d’avoir des évènements comme le EOW, les RC, Buzz Booster, One One, etc. pour permettre à des Nekfeu, Oli, Guizmo, Alpha Wann et tant d’autres, de s’aguerrir avant de partir à l’aventure et tenter de vivre de son art.

Au lancement de la saison 2015-2016, beaucoup de changements structurels, avec l’arrêt du système trop compliqué des régions et leur finale régionale, au profit d’un modèle qui ressemble plus à celui d’une compétition sportive avec des 1/4, 1/2 et une finale.

Un changement permettant une meilleure lisibilité et accessibilité au EOW, avec 12 dates qualificatives presque partout en France, qui débutent par un open mic et des mc’s inscrits. Plus de 350 personnes auditionnées cette saison, ce qui fait du EOW la plus grande scène ouverte hexagonale dédiée au rap.

Tableau final EOW France 2016

Chacune de ces 12 dates a révélé son lot de surprises, en commençant par le retour de Narcisse, actif depuis 1999 et qui a coiffé tout le monde au poteau en l’emportant à Paris. Démontrant par la même occasion, qu’il fallait se méfier des « anciens », car c’est connu, les bons crus sont meilleurs avec l’âge. Même cas de figure pour Wadi, véritable Benjamin Button du rap, qui rajeunit année après année, et qui l’emporte au Mans avec un seul mot d’ordre entêtant : « Je n’ai pas de projets … que des projectiles ». Aventure identique pour Gonzo Skizo qui l’emporte à Nantes une 2e année d’affilée pour un doublé historique chez les canaris.

Dans la série des demi-retour (parce qu’ils ne sont pas vraiment partis, ils étaient juste occupés à bosser leurs projets) Enerku, bien connu de nos services, l’a emporté à Rennes et 1Probable Mc a fait exactement pareil à Bordeaux. Tous 2 s’étaient déjà illustrés il y a 2 ans, dans la saison 6 où 1probable avait même fini en finale nationale.

Ce fut aussi la saison des « besogneux », ceux qui ne lâchent rien, qui reviennent EOW après EOW, après des satisfactions, des déceptions et des défaites. Et c’est à Paris, qu’un mc n’a jamais aussi bien porté son nom : El Deterr. Il a enfin réussi à trouver la bonne carburation pour canaliser sa fougue et sa créativité pour une victoire plus que méritée. Pareil pour Scarp qui l’emporte à Angers, dans le chaudron du Chabada plein à craquer, qui confirme les Angevins comme l’un des publics les plus chauds de France des EOW.
Toujours dans la rubrique de ceux  »qui taffent dur », obligé de parler de Sanaï qui continue de régner sans partage sur le Nord de la France en remportant un 3e EOW d’affilée (mais pas dans la même ville).

L’inévitable Maras, qui l’emporte à Clermont-Ferrand, dans une Coopérative de Mai blindée et bouillante (là ou Res Turner l’avait emporté en 2011 … tiens tiens tiens … Clermont serait-elle la ville des mc’s champions ?? … et aussi celle du meilleur public de France des EOW??). Maras est présent depuis 3 saison pour tenter de marquer de son empreinte les EOW et surtout pour continuer à se faire plaisir.

Enfin c’est aussi la saison de la jeunesse avec El Lobo vainqueur à Thionville, qui confirme tout le bien qu’on pensait de lui et qu’il faudra compter sur lui pour l’avenir. Dans la série « rookie of the year » il y a Mc Odyssé, originaire d’Avignon, qui pour sa 1ère participation a bien fait les choses en l’emportant à Marseille. Là aussi le futur ne se conjuguera pas sans lui.

Et il faut toujours un mc différent des autres, inclassable, inqualifiable, qui vient d’un peu partout et de nulle part à la fois et cette saison c’est Godié. Le Luxembourgeois multi-casquettes, bien connu de la scène battle rap, est aussi l’organisateur du EOW Luxembourg ; à ce titre, il ne peut décemment pas participer dans son pays pour des raisons évidentes de conflits d’intérêts. C’est donc en France que Monsieur a migré pour venir mettre le bordel au mic, et c’est tant mieux pour nous.

Une véritable armée des 12 singes, repartie en deux 1/2 finales France, qui étaient en soit de véritables petites finales avant l’heure tant par le niveau général élevé que par la motivation des mc’s.

D’ailleurs, vous les retrouverez tous d’ici la fin d’année 2016 sur un projet audio commun : « EOW Soldiers vol.3″, la très attendue tape de dj Nicolson qui regroupe ces 12 mc’s accompagnés d’autres légendes EOW des saisons passées.

La finale France 2016

nantes-finale eow 2016

Elle s’est tenue dans un cadre majestueux, en lieu et place du Château des Ducs de Bretagne à Nantes lors des « Rdv Hiphop« , en plein air, devant un public Nantais fidèle depuis des années, qui est venu assister en masse au dernier round de cette saison riche en surprises.
Maras, Godié, Wadi et Scarp se sont distingués lors des 1/2 finales et sont donc convoqués pour ce dernier acte en présence d’un jury d’experts : Philémon, Res Turner, Mic Orni, Cheeko et Tayreeb. La team Dandyguel et Artik est à la présentation accompagnée par les patrons Dj Keri et Nicolson aux platines. Bref, les planètes sont alignées, tous les éléments sont réunis, un truc de dingue va se passer, seul manque à l’appel le soleil… Cet enfoiré s’est sans doute barré en vacances et nous a laissé avec son pote super relou : l’orage (qui lui-même était venu avec sa connasse de copine, la pluie battante).

1ère épreuve, Texte écrit (titre clicable vers le lien vidéo pour visionner l’épreuve) :

C’est donc sous de grosses averses que commence cette finale. Le « texte écrit » est en général un véritable round d’observation où les mc’s peuvent rentrer dans le vif du sujet, ce qui est souvent le meilleur moyen pour gérer la pression.

Maras ouvre le bal et sort un bon texte bien maîtrisé, mélangeant une très bonne écriture, son point fort, et une belle détermination dans son interprétation. Pour sa 1ère finale France, il démontre son envie de bien faire mais hélas, étant le 1er a passer sur scène, il fait les frais de problèmes de retour son. Malgré cela, il arrive à dérouler sans sourciller et le public ne se rend compte de rien.

Wadi lui emboîte le pas en entamant l’épreuve avec son gimmick entêtant qu’il nous a gravé à jamais dans le crâne lors des 1/4 de finales : « J’ai pas de projet… que des projectiles », qui deviendra lors de cette finale la véritable marque de fabrique de l’Angevin. Affûté et bougeant partout sur scène, Wadi est en forme et ça se voit.

Godié passe en 3e et enchaîne son texte sans souci. Mais, ayant tardé à démarrer son texte lors de son entrée sur scène, il se retrouve sur la fin de l’instru où le beat change complètement. Le Luxembourgeois est déstabilisé et s’arrête net dans son texte mais ne lâche rien. A l’aise en impro et très réactif, il récupère tout ça vite fait bien fait en utilisant cet incident pour s’inspirer et se sort de cette mauvaise passe avec talent. Frustrant car il avait écrit un texte spécialement pour la finale que nous n’entendrons jamais.

Enfin Scarp ferme la marche et débarque en marquant les esprits avec un texte très cynique, humour noir voire humour sale. De grosses punchlines avec des références bien salaces et une attitude très décalée qui fait mouche, le public nantais valide son passage en faisant un beau bordel.

Très compliqué de déterminer un classement intermédiaire après ce 1er round. Scarp semble être légèrement devant en ayant fait un peu plus réagir le public. Godié, malgré son incident montre déjà qu’il est chaud bouillant sur l’impro.

2ème épreuve, A capella  (titre clicable vers le lien vidéo pour visionner l’épreuve) :

C’est au tour de Wadi de débuter cette épreuve avec une véritable déclaration textuelle proclamée dans la cour du Roi : texte à double sens, multi références, jeux de mots, assonances, rimes croisées, … Wadi nous fait son festival et rend l’utilisation de la vidéo limite obligatoire afin de bien tout saisir.

Godié passe en 2e, et prend le créneau de l’impro. Prise de risque maximum. Mais il fait mieux que de juste s’en sortir : avec une aisance déconcertante il slalom en impro et se démarque des autres finalistes en s’appuyant sur le public pour l’inspiration. Très convaincant.

Scarp arrive et continue sur sa lancée. Un acap’ d’enfoiré comme on les aime, mêlant références politiques, sous culture, autodérision et punchlines cinglantes. Il continue son oeuvre de destruction massive et surtout de marquer des points à la table des juges.

Maras part dans son épreuve favorite. Rappelons que le jeune homme vient du slam où il y a remporté de nombreux titres et le maniement des mots c’est sa routine. Un texte un peu trop long mais plein de sens et d’émotion, réécrit spécialement pour la finale. Il fait tomber le bleu de chauffe et commence réellement a rentrer dans sa finale.

Après ce jeu, impossible de dire qui est devant. Scarp semble mener légèrement les débats mais sans que cela soit significatif tant les prestations étaient toutes de qualité. La prochaine épreuve, la plus attendue, devrait permettre de voir s’affirmer le classement.

3eme épreuve, Freestyle bag (titre clicable vers le lien vidéo pour visionner l’épreuve) :

L’épreuve phare du EOW 100% impro est en général un vrai révélateur. C’est souvent à ce round que la différence se fait et que le futur champion commence à se démarquer.

Godié ouvre le sac et part dans une folle impro. Posé, il ne panique jamais et arrive à garder le sens de son impro. Technique et très réactif, comme à son habitude il ne manque pas de solliciter le public pour reprendre son souffle et fini par s’envoler très haut. Avec son passage, il pose une option pour aller chercher la victoire.

C’est au tour de Scarp sur l’instru de 50 Cent « In da club » et cela ne fait visiblement pas partie de ses sons préférés. Malgré cet handicap il fait un bon freestyle bag… mais sans l’étincelle qu’il avait trouvé lors de ses 2 premiers passages.

Maras est en général à l’aise sur l’épreuve du sac et ne déroge pas à ses bonnes habitudes. Il sort les 5 objets sans l’ombre d’un souci et tente même plusieurs phases par objet. Emporté par son élan, il sort même un 6e objet tout en restant créatif, réactif, et avec beaucoup d’humour. Il envoi lui aussi au jury un fort signal pour le titre.

Wadi termine le sac avec une énergie débordante. Pour sa 2e finale nationale il montre une réelle facilité en impro. Il expédie l’épreuve sans raté et avec de grosses phases improvisées. Le gars n’a vraiment pas de projets, mais bel et bien des projectiles à nous balancer en pleine tête.

Maras et Godié paraissent légèrement en tête sur ce jeu. Wadi très proche d’eux et enfin Scarp, qui avait flambé les 2 premières épreuves, semble être moins à l’aise que ses collègues sur ce round.

4e épreuve, Mc versus Dj (titre clicable vers le lien vidéo pour visionner l’épreuve) :

Le passage le plus casse-gueule du EOW. Un véritable rodéo imposé par Dj Keri et Nicolson où il ne faut pas perdre le fil. Et c’est fort de son expérience que Wadi affronte les 2 dj’s, ne se laissant pas déstabiliser malgré leurs changement de beat et autres accélérations. Un bon passage mais moins bon que ses 3 premiers où il avait fait forte impression.

Godié, fidèle à lui-même, enchaîne ça en impro. Sa fluidité, démontre une belle technicité et une palette de flow qui lui permettent de toujours rester en piste. Malgré les accélérations il trouve le temps de placer quelques bons mots et marque encore des points pour le classement final.

Arrive le tour de Scarp qui avant la finale ne se cachait pas pour annoncer qu’il redoutait particulièrement cette épreuve où il ne sentait pas à l’aise. Ce bougre a attendu la finale France pour faire son meilleur Versus Dj. Ce jour-là il a clairement passé un cap, en lâchant même un gros flow en fin d’épreuve, entrainant la toute la foule avec lui.

Au contraire de Scarp, Maras adore le versus dj, où il en profite souvent pour « clasher » les dj’s. Mais ce samedi 28 mai, il va les laisser un peu tranquille et se concentrer à rester coller aux instru en trouvant le bon équilibre. Sur son passage il arrive à allier technique, phases et sens. Un combo qui peut s’avérer gagnant lors du décompte final.

Pas simple de tirer des enseignements après le versus. Cela semble se resserrer de partout. Godié qui au général paraissait légèrement derrière Maras, semble avoir comblé son maigre retard. Scarp et Wadi continuent de bombarder et restent en embuscade, rien ne paraît joué.

5e et dernière épreuve, Cypha Skills (titre clicable vers le lien vidéo pour visionner l’épreuve) :

Un cypha skills où ça se taquine et ça part en battle impro/egotrip. Les mc’s s’amusent et le public avec, ça se sent et ça fait plaisir à voir. Rien de malveillant, que du bonheur pour les 2500 personnes venues soutenir leur mc favori. Une dernière épreuve collective pour rappeler qu’on est ensemble, mc’s, jury, dj’s, speakers, public, tout le monde partage et que c’est l’une des facettes du rap que l’on aime voir.

Résultats (titre clicable vers le lien vidéo pour visionner l’annonce des résultats) :

C’est après une très longue discussion entre les juges que les résultats sont tombés. Le jury ayant eu beaucoup de mal à départager les mc’s, notamment 2 d’entre eux pour la 1ère place…
Et c’est sous un déluge de malade que Philémon décide de prendre les choses en main pour réchauffer le vaillant public Nantais, qui n’a pas bronché malgré la météo infernale et attendait sagement l’annonce des résultats. En 2 temps 3 mouvements, le local Philémon les fait jumper dans tous les sens, le Rdv Hiphop de Nantes commence à prendre des allures de Woodstock.
Petit échauffement obligatoire avant l’annonce finale et de voir le sacre de … Maras qui l’emporte, d’une très courte tête devant Godié (le règne des crânes rasés).

Maras devient le 8e champion de France de l’histoire et obtient un ticket d’accès pour la finale mondiale. Il remporte un voyage tous frais payés pour la Suisse où se tiendra fin octobre les EOW World 2016.

| Nous avons relayé cette information : rendez-vous sur le site d’origine. |

REPORT : Le point sur la première 1/2 finale France 2016

Samedi 13 février dernier, avec la 1/2 finale EOW, s’achevait la première moitié de la saison 2016.

eow 1/2 finale

Les vainqueurs de Clermont-Ferrand, Nantes, Rennes, Marseille, Paris et Angers s’affrontaient à Petit Bain Paris, pour tenter d’accéder à la finale France 2016.

On y retrouvait des confirmations comme Maras, Gonzo Skizo ou Enerku. Les mc’s avaient déjà remporté des EOW par le passé et rien de surprenant à les retrouver à ce stade de la compétition.

Ed Scarp est quant à lui une 1/2 surprise car cela faisait un moment qu’on sentait qu’il se rapprochait des tous meilleurs.

Les vraies surprises étaient Narcisse Rap et Mc Odysé. L’un est un « vétéran » du mic et l’autre est un tout jeune, qui observait depuis son pc les vidéos du EOW et qui attendait patiemment son heure.

Le niveau générale de cette 1/2 finale était élevé. Aucun mc n’est passé à côté de sa soirée.

Finalement la position la moins confortable de cette soirée c’était celle des juges : Driver, Mic Orni et Aladoum.

Après la 1ère épreuve, « texte écrit » c’est assez serré, personne ne prend d’avantage net, tout reste à faire. « L’acapella » va commencer à créer les premiers écarts. Personne ne rate cette épreuves mais en revanche Maras mets la barre très haut avec un texte dont il a le secret. Des jeux de mots à double lecture, à lire dans les 2 sens, très bien pensés et qui font tout de suite effet. Maras est un habitué de ce genre de tricks et il les maîtrise très bien. Gonzo est parti dans un texte mais il se perd et repart en impro totale… un moment très surprenant car, en impro, repoussé dans ses derniers retranchements il raconte ce qui lui passe par la tête et raconte sa vie personnelle et les lourd problèmes qu’il rencontre actuellement. Un moment particulièrement émouvant qui n’a pas laissé indifférent le public et les autres mc’s, touchés par la spontanéité du Nantais.

Les autres mc’s font le job, sans arriver à faire une grosse différence.

A l’arrivée du freestyle bag, Maras et Gonzo tiennent la corde, suivis de près par les 4 autres mc’s. Ed Scarp sort un des ses plus propres freestyle bag, Maras enfonce le clou avec une belle performance. Enerku, d’habitude pas forcément à l’aise sur cette épreuve la passe sans trop de souci et fais lui aussi un passage très propre. Odysé et Narcisse manque l’occasion de briller pour revenir en tête des pronostics. Gonzo fait lui aussi un freestyle bag de bonne qualité.

Avant le Versus dj, ça comme à se préciser, Maras semble être légèrement devant, en revanche derrière c’est extrêmement serré : Gonzo, Enerku, Ed Scarp se suivent comme une ombre, Narcisse et Odysé restent en embuscade.

Arrive l’épreuve la plus détestée des mc’s : Le Versus dj. Le patron Dj Keri est aux commandes, prêt à aller au combat. Odyssé et Narcisse, nouveau cette saison aux EOW, passe l’épreuve sans catastrophe mais sans étincelles non plus. Gonzo, habitué de ce genre de situation (1er EOW pour lui en 2007 !!) passe l’épreuve sans trop de souci mais en dessous du rendement qu’on lui connait. Enerku fait très forte impression, très à l’aise il a su prendre les commandes et n’a pas subi les accélérations de Keri. Ed Scarp, qui déteste cette épreuve, fait un super job et s’en sort avec mention. Maras, arrive en mode clash et impro, survole l’épreuve et ne laisse par Enerku revenir trop fort.

EOW DogMaras clash aussi bien qu’il improvise et fait mouche. Le chien top modèle du EOW France en fait les frais, puisque mentionné par Maras et raillé pour déstabiliser dj Keri.

Arrive la dernière épreuve, le Cypha Skills. Maras profite de l’occasion pour terminer son oeuvre et conforter sa première place. Le seul vrai enjeu est la 2e place qualificative pour la finale France 2016. Enerku, Gonzo et Ed Scarp semble mieux placés mais Narcisse et Odysé ne sont pas loin, tout reste possible.

Rien de clairement différenciant ressort de cette dernière épreuve. Maras semble promis à l’une des 2 places qualificatives, et la 2e sera très disputée.

A l’issu de longs échanges, les juges reviennent avec un palmarès commun : Maras remporte cette 1/2 finale et atteint l’objectif qu’il s’était fixé, en atteignant la finale France EOW. La 2e place qualificative est très serré, cela se joue à des détails et au profit de … Ed Scarp, qui créé un peu la surprise. Lui qui a tant tenté sa chance sans jamais baisser les bras voit son travail récompensé. Une place en finale en guise de bonus, car lui-même le disait, il était déjà « très content d’arriver à ce stade de la compétition, la finale serait un must ».

Gonzo et Enerku on vu passer la finale France de très près. On espère les revoir sur scène, car en plus d’être des mc’s talentueux, ce sont des gars en or. Narcisse et Odysé, nouveaux dans les EOW, devraient faire des dégâts s’il repassent la saison prochaine.
Maras qualifié pour la finale EOW france 2016Ed Scarp 1/2 finale France 2016

REPORT : La finale Mondiale 2015 à Montréal

Cette finale EOW World 2015 fut en tout point remarquable.

Déjà car le EOW Montréal a mis la barre très haute. Un véritable festival EOW pendant 1 semaine bénie par la météo et une moyenne de 30 degrés… pratique pour apprécier les charmes de la 2ème ville du Canada.

Chaque soir, à travers la ville avait lieu un évènement EOW. De la finale Québec, à la finale Mondiale, en passant par 3 soirées jam/cypher, une block party, une émission radio, studio d’enregistrement tous les jours et même une journée peinture murale. En bref, les délégations n’ont pas eu le temps de s’ennuyer.

Photo : David Léonard www.leonard.photo

Photo : David Léonard
www.leonard.photo

Ensuite car 8 nations étaient représentées : Québec, États-Unis, Suisse, Angleterre, Belgique, Afrique du Sud, République Tchèque et France.

Parmi les mc’s finalistes de 8ème finale mondiale, 3 ont déjà remporté le titre suprême de champion du Monde et faisaient office d’épouvantails : le champion en titre de 2014, Sledge Lee d’Afrique du Sud, Kay-M en 2011 pour les Etats-Unis et Res Turner en 2013 pour la France.

Sachant que Mas Law pour l’Angleterre, DjonAss pour la république Tchèque et Man’s One pour la Suisse ont déjà atteint le stade de la finale mondiale, autant dire que le niveau de cette 8eme édition était très relevé.

Seuls Clay pour le Québec et Aeme pour la Belgique atteignaient ce stade de la compétition pour la 1ère fois.

Côté pronostics, les 3 mc’s déjà titré au niveau mondial tenaient le haut du pavé, accompagné du régional de l’étape Clay, qui allait évoluer à domicile avec le soutien du public.

Du côté de la délégation Française, la crainte majeure était Kay-M, qui l’avait emporté en 2011 à Paris, juste devant Kenyon (autant vous dire que ce monsieur est une brute). Un mc’s du New Jersey élevé à Brooklyn, berceau du End Of the Weak … La hantise d’un scénario identique à celui de 2011 trottait dans toutes les têtes.

Mais lors d’une finale mondiale, nombreux sont les paramètres à maîtriser. Certains le sont, d’autres pas du tout. Une chose est certaine, RES Turner est un bosseur et il s’entraîne depuis des mois, pour arriver dans les meilleures conditions et ne pas avoir de regrets.

Photo : David Léonard www.leonard.photo

Photo : David Léonard
www.leonard.photo

Arrive le grand soir, le public est venu assister en nombre à cette 8e finale mondiale. Le Belmont Boulevard est plein à craquer, les caméras sont branchées, l’équipe Montréalaise s’apprête à boucler 1 semaine de folie avec leurs host officiels : Vulguerre qui a perdu sa voix, Delta et B Brain. Ils sont solidement accompagné par Big Zoo et Vice Verse qui font partie des 3 créateurs du EOW, ainsi que du très efficace Mazzi Soul Purpose.

 

1ère épreuve, Texte écrit :

Suite à un tirage au sort, c’est Res Turner qui a la lourde tâche d’ouvrir le bal. Suite à un problème technique il est un peu déstabilisé mais continue sans broncher. Kay-M part très fort et est lui aussi freiné par un souci…. Clay arrive en terrain conquis et entraîne le Belmont avec lui. Le charismatique Mas Law enchaîne sur la même vibe, le public répond présent. L’ensemble des mc’s passe sans trop de souci cette épreuve, la plus confortable pour eux (sur cette épreuve, c’est un texte écrit et pas une impro), seul Aeme est clairement parti en impro et a pris de vrais risques sur ce round. Le Public Montréalais ne manque pas l’occasion de faire du bruit pour cette prise de risque.

2ème épreuve, A capella :

Là aussi, les mc’s partant sur un texte écrit, peu de risque sur ce round. Le tirage au sort envoi DjonAss ouvrir le bal, et démontre que la technique et le flow n’ont pas de frontières. Aeme, par en texte et semble inspiré car part très vite en impro en faisant une déclaration d’amour à Montreal. Vient le tour de Res Turner qui sort un acapella très recherché, alliant le fond et la forme avec créativité et fait mouche ! Le public attentif et discipliné, a attendu la fin de son texte pour s’exprimer bruyamment (ou presque). Kay-M est finalement dans une position moins confortable car il se doit de faire aussi bien que son homologue Français, avec un texte au flow galopant, phases qui portent à réflexion, il y arrive … presque. Sledge Lee semble être plus énergique qu’au freestyle, et rentre réellement dans cette finale. Clay surprend son monde avec une vibe soul, et termine ce 2nd round en douceur.

Photo : David Léonard www.leonard.photo

Photo : David Léonard
www.leonard.photo

A la sortie de ce 2eme round Res Turner semble avoir pris un léger avantage, il fera le meilleur score sur ce round, mais rien de décisif à ce stade de la finale. Sledge Lee et Clay semblent avoir marqué des points et Kay-M reste en embuscade accompagné de Mass Law et son incroyable flow aux influences caribéennes, qui a mis le feu.

3eme épreuve, Freestyle grab bag :

Clairement l’épreuve révélatrice des EOW. Elle marque les esprits et fait souvent basculer les décisions.

C’est l’épreuve préférée de Res turner, celle où il a su à chaque fois faire la différence. Mais c’est aussi l’épreuve de prédilection de Man’s One qui est le 1er à passer sur ce 3e round. Le Genévois va gérer très facilement son passage. Clay aime aussi visiblement aussi cette épreuve, il va passer du français à l’anglais et dérouler de façon impressionnante. Arrive le tour du Français, qui va de nouveau démontrer toutes ses qualités en faisant l’un des meilleurs passages freesyle bag. Plutôt peu inspiré sur les 2 premiers objets, il va faire la différence sur les 3 suivants. Alliant phases en impro avec les expressions Québécoises, se rendant accessible du public, avec des références mondiales communes. S’en suit le passage du redouté Kay-M qui passe juste après Res. Il va commencer très fort sur le 1er objet et va lui aussi monter d’un cran en faisant un très bon round. Il fait mieux que Clay et Sledge et se repositionne dans le trio de tête.

C’est à priori Res qui remporte cette épreuve, (cela sera confirmé plus tard par les grilles de notations) et semble prendre un léger avantage sur cette finale. Mais rien n’est acquis, aucun mc’s n’a rater d’épreuves, tout reste possible.

4e épreuve, Mc versus Dj (rebaptisée pour cette finale le Mc versus Beatmakerlive) :

Tehu en action

Tehu en action

Petite spécificité Montréalaise, les dj’s laissent exprimer une autre de leurs compétences : le beatmaking live. Pour cette épreuve, des samples de morceaux ultra-classiques sont revus, composés et corrigés en direct par Skribe et Tehu.

Cette fois-ci c’est Kay-M est le 1er convoqué. Il va découvrir à quelle sauce il sera mangé et ne sera pas très à l’aise. Ce dernier avouera par la suite préférer la version avec dj’s sur cette épreuve. Res Turner passe juste derrière et a pu ajuster sa prestation. Il va rentrer direct dans les 2 beatmakers, mode vanne bon enfant et va se montrer à l’aise sur cette épreuve casse-gueule. Allant même jusqu’à couper le son de la mpc de son interlocuteur ! Aeme, toujours en mode cheval sauvage qui part là où son inspiration le guide. Mans’One répond présent sur ce rodéo musical. Sledge Lee, Mas Law et DjonAss passent l’épreuve sans souci. Clay va utiliser son flow pour glisser littéralement sur ce mc versus beatmakerlive inédit.

En toute honnêteté, Res lâche jusque-là une bonne prestation mais pas sa meilleure. Mais, Kay-M fait exactement pareil. Man’S One et Sledge Lee aussi. Clay, qui évolue à domicile, a fait de très bons passage, tout comme le funambule de l’impro Aeme. Alors on se dit que c’est assez serré mais que c’est jouable pour Res. A condition d’assurer la dernière épreuve qui sera clairement décisive. Et dans ce genre de situation, mieux vaut avoir la chance de passer à la fin de la dernière épreuve, histoire d’avoir le dernier mot en espérant que ce soit le bon…

5e et dernière épreuve, Cypha Skills :

Comme les dernières éditions, le Cypha Skills se fait en équipe de 2 par tirage au sort (chose qui risque d’être importée sur la prochaine saison du EOW France, car cela permet de mieux noter les mc’s).

Mas Law et Sledge Lee entament cette dernière épreuve, sur un beat un peu mou pour un final. Les 2 anglophones vont se répondre du tac au tac. Mas Law fini fort, improvisant à chacun de ses passages.

C’est Kay-M associé à Clay qui font leur entrée. L’enfant du New-Jersey va lâcher des flows tout droit venu de Brooklyn et sera bel et bien suivi par un Clay porté par le public. Très bon passage, ils finissent en force leur finale porté par une prod qui va bien.

Aeme passe ensuite avec DjonAss. Compliqué de créer une alchimie entre eux car la barrière des langues est bien réelle, même si le flow fait office de langage universel. La prod ne joue pas non plus en leur faveur car pas très entraînante. Mais qu’à cela ne tienne, DjonAss, plutôt un peu en retrait dans cette finale, va lâcher de gros flows et surprendre son monde. Aeme va clore se passage avec comme à son habitude, une transmission de bonnes vibes.

Res Turner à la chance de son côté, il passe en dernier et avec Man’s One le Suisse francophone. Ils vont donc pouvoir faire un véritable ping pong verbal pour tenter d’emporter le public. Et Res Turner va faire le job avec plein de référence Montréalaises, ce qui devrait lui assurer au minimum une place sur le podium. Mans’One n’est pas en reste et fait lui aussi un bon passage.

Comptage des grilles de notations :

Le temps des comptes a sonné, les dés sont jetés il n’y aura pas de délibération car en finale mondiale, seuls les points comptent (chose qui devrait être aussi importée au End Of the Weak France cette saison). S’ensuit la présentation du trophée de cette finale mondiale, un bijou pendentif réalisé spécialement pour l’occasion par SADE Workshop ovationné qui a du entendre son nom crié par la foule du Belmont !!

Le temps de faire les comptes, il suffit d’une balade dans la foule pour entendre que les noms de Kay-M, Clay, Mas Law, Sledge Lee et Res Turner semblent revenir plus souvent. Une chose est sûre, personne n’a écrasé la compétition et personne ne s’est planté.

Cela va donc se jouer à pas grand-chose, les 5 juges se sont attelés à la tâche et une équipe de fourmi s’est occupé de faire les comptes. Le 3e sera fortement acclamé puisque que c’est l’enfant du pays CLAY qui monte sur le podium. Il fait aussi bien que le Canadien Junk en 2011.

L’équipe du EOW Montréal fait durer le suspense pour l’annonce du 2e… et c’est KAY-M qui se hisse en 2e position. L’américain joue le jeu malgré sa déception visible sur le coup. Il est passé de près à côté de l’exploit pour faire un doublé mondial.

Kay-M 2e du EOW World 2015 Photo : David Léonard www.leonard.photo

Kay-M 2e du EOW World 2015
Photo : David Léonard
www.leonard.photo

L’annonce du vainqueur est imminente, là aussi les hosts prennent leur temps… (les salauds)… A priori cela va se jouer entre Mas Law, Sledge Lee et Res Turner mais il semble que ce dernier tiens la corde. L’annonce n’est pas encore faite que certains mc’s commencent à féliciter le Français… Et le résultat final tombe : RES TURNER fait le doublé mondial après celui de 2013.

Il rejoint Stig Of the Dump aux palmarès des EOW, l’anglais avait déjà fait le doublé mondial en 2007 et 2010. Res devient l’un des mc’s End Of the Weak le plus titré au monde. Le Poitevin originaire d’Angoulême fait enfin tomber le masque. Il peut sourire car le job est fait et bien fait et il vient surtout d’écrire une page mémorable dans l’histoire du freestyle.

Car oui, on peut le dire maintenant, RES Turner est une machine. Entraînements journalier d’impro, entraînements physique aussi avec de longues séances de sport quotidiennes et des nuits les plus longues possible pour récupérer.

Peu de sorties trop matinales, il a gardé ses forces et s’est volontairement économisé durant cette semaine afin de débarquer à bloc lors de cette finale.

Ce perfectionniste voit son travail récompensé, le Français était préparé comme jamais, et a pu roder sa prestation, la faire évoluer, tenter des trucs lors de ses différentes qualifications locale, régionale et nationale.

La meilleure des sorties pour Res, qui avait annoncé son intention d’arrêter les EOW après cette finale mondiale. Annonce faite via la mixtape EOW Soldiers Vol. 2. Non pas qu’il soit lassé, mais il s’était fixé des objectifs et les a atteints. Il part donc en étant au top, chapeau bas l’artiste pour le parcours, même si on rêve tous secrètement de voir son nom revenir lors d’une qualification EOW …

Ce 2e sacre international envoie définitivement sur orbite RES Turner comme l’un des meilleurs freestyler Français et clairement, ses freestyle bag n’ont pas fini de tourner.

Res Turner double champion du monde EOW. Photo : David Léonard www.leonard.photo

Res Turner double champion du monde EOW.
Photo : David Léonard
www.leonard.photo

Finale End of the Weak France 2015 : la synthèse

Cette 7e saison, constituée de 24 dates sur 10 mois fut l’une des plus dense du End Of the Weak France. Pas moins de 9 MC’s présentateurs et 4 DJ’s ont été nécessaire pour boucler cette tournée 2014-2015.

Alors merci à Dandyguel & Dj K-Raï, Artik & Dj Mat, Dj Keri & Nicolson, Cheeko, Lun1k, Aladoum, Mic Orni, Yoshi, Gaïden & Wadi.

Une finale en plein air et gratuite (merci Paris Hip Hop) avec 5 MC’s restants sur les 400 auditionnés à travers 17 villes… un truc de titans.

LEs 5 mc's finalistes du End Of the Weak France 2015

Cette finale voit le retour inattendu de FLEYO, celui plus attendu d’EKTIR et surtout du favori RES TURNER. Les « 2 petits nouveaux » restants à ce stade de la compétition ne sont pas vraiment une surprise, car ce sont des bosseurs et sont sur de nombreux fronts … albums, projets scénique, concours en tout genre, bref, SANAÏ et PLB ont la dalle !

La question que tout le monde se posait avant cette finale, hors mis de savoir si la température caniculaire se calmerait pour le finale, c’est surtout : « Est-ce que RES Turner est réellement aussi en forme qu’en 2013 ? »

Finale présentée par les tauliers Dandyguel et Artik, accompagné de Dj Nicolson et Keri aux platines.

Niveau juges ça ne plaisante pas du tout avec comme premier juge Jean-Pierre Seck, il fait partie du label 45 Scientific qui a permis à Lunatic de sortir « Mauvais Oeil » 1er disque d’or pour un label indépendant et à cette époque, il n’y avait pas de mp3, et le disque d’or c’était pas les mêmes qu’aujourd’hui …100.000 ex du temps de Lunatic versus 50.000 ventes incluant le digital aujourd’hui … bref. Second juge : Juan Massenya, une voix reconnaissable à la première seconde, sur la radio Générations FM, puis Radio Nova et il vogue maintenant à la télévision entre France Ô et France 4. Enfin, troisième juge et pas des moindres puisqu’il était le premier host officiel du End of the Weak France le 7 mars 2004 (!) : Mr Kohndo. Révélé à travers son groupe La Cliqua, ce mc conçu pour durer a embrassé une carrière solo avec de très grosses collaborations nationales et internationales (Hocus Pocus, Slum Village, Insight, Vicelow, etc.)

Kohndo, Jean-Pierre Seck et Juan

Serim (2HD Records), Juan, Kohndo et Jean-Pierre Seck

Enfin, faisons un point sur les épreuves. 

Freestyle :

Les 5 MC’s ont délivrés de très bons textes, ils ont chacun à leur tour utilisés des coups spéciaux : PLB en excellent ambianceur a directement créé un lien avec le public, Sanaï a balancé sa technique irréprochable, Fleyo a rappelé à tout le monde qu’au delà des Rap Contenders, End Of the Weak ou autres, c’est avant tout un lyriciste, Ektir à lui aussi mis la barre bien haut, porté par ses supporters venus depuis Nancy après avoir loué un Bus pour monter avec son équipe ! Enfin RES Turner a débarqué avec une capuche sous 37° à l’ombre … cela cachait évidemment quelque chose… RDV à la sortie de la vidéo pour comprendre de quoi il s’agit !

Après cette première épreuve, pas vraiment d’avantage marqué, tous les MC’s restent en course pour le titre.

Acapella : 

Là aussi les 5 MC’s sont prêts, pas vraiment d’avantage déterminants même si on sent que Res Turner fait parler l’expérience. Cette épreuve permet au public de découvrir un peu plus les MC’s.

PLB a sollicité le public et à fait claquer des doigt en rythme 2000 personnes (!) a rencontré un petit moment d’égarement qui lui à fait quelque peu oublié la fin de son texte mais il est reparti en impro de plus belle.

Fleyo est parti sur une vibe SEXPLICITE inattendue et surprenante pour une finale accessible à tout public… ou presque !

Sanaï à marqué les esprits avec un texte dont le public était son backer ! Ektir a enjaillé tout le monde en faisant clapper des mains et enfin Res Turner à balancer un teste blindé des messages à double sens.

A la sortie de cette 2e épreuve, On sent que Sanaï, Ektir et Res sont légèrement en avance mais rien de définitif.

Freestyle Bag :

L’épreuve reine, celle qui peut envoyer un MC’ au septième ciel ou l’enterrer six pieds sous terre…

Fleyo, PLB et Sanaï passe l’épreuve sans trop de souci, ils arrivent chacun à embarquer la foule avec des phases bien sentie. Seul Sanaï ne parait pas satisfait de son passage et le dit en impro!

Ektir passe en avant dernier et à l’opportunité de mettre la pression sur le dernier à passer : Res. Et Ektir sort un très gros freestyle bag, il réussi à prendre les reines virtuelles de la finale à ce stade de la compétition. Res sait qu’il n’a pas le droit de se rater… Et le message d’Ektir et bien arrivé à Res qui a sorti l’un des plus gros freestyle bag de l’histoire des End Of the Weak.

Là où les mc’s tentent de faire 3 à 5 bonnes phases lors de cette épreuve, Res en fait minimum 3 … par objet ! ça fait un total d’une quinzaine de phases qui mouche quasiment à tout les coups.

A l’issue de cette 3e épreuve, Res à clairement pris les devants et Ektir reste le seul à pouvoir aller le chercher. A noter un niveau général plus élevé que l’an passé avec très peu de déchets de la part des 5 MC’s.

Versus Dj’s :

Ektir ouvre le bal de cette épreuve la plus compliquée pour les mc’s … Il se croit dans un jeu vidéo face au monstre de fin !

Pas grand chose à redire sur son passage, il n’a pas planté, propre avec de bonnes phases. S’en suit Res qui va prendre encore un peu plus d’avance avec de très grosses phases. Un mélange entre phases préparées et improvisées qui font réagir la foule quasiment à chaque fois. A ce moment on se rappelle que Res fait du clash depuis des années et qu’il a ça dans le sang.

PLB, au pied du mur donne tout ce qu’il a dans la bataille et part dans la foule pour s’ambiancer !! On le retrouve au dernier rang en mode « kiffance ». Plb en profite pour rappeler qu’il a aussi un voix qui ne laisse pas indifférent, car ce bougre sait aussi chanter, et plutôt très bien !

Fleyo n’a pas dit son dernier mot et va faire un gros versus, et lui aussi va rappeler qu’il évolue dans le clash depuis des années et qu’il n’a pas briller par hasard dans cette discipline. C’est Keri qui va en prendre pour son grade … puis Nicolson…

Enfin vient le tour de Sanaï, qui est un véritable showman, et n’hésites pas une seconde en occupant l’espace de la scène et passe même derrière les platines pour remplacer Nicolson et pitcher lui-même le disque !! Mis à part que la platine en question déconnait un peu et l’a un légèrement perturbé, il fait un excellent versus en terminant dans la foule pour faire un foule versus DJ’s !!

A la fin de cette 5e épreuve, Res à accentuer son avance et parait voyager en pilote automatique vers le doublé. Ektir et Sanaï semble placés en embuscade mais seulement pour la 2e palce. Fleyo et PLB ne sont pas loin derrière et peuvent aussi revenir sur la dernière épreuve.

Cypha Skills : 

Une formalité pour Res, qui assure tranquillement en balançant de grosses phases improvisées, et Ektir, Sanaï, Plb et Fleyo emboîtent le pas du très probable champion 2015…

Un cypha skills qui résume bien la finale, très peu déchets, chacun des mc’s a su utiliser ses coups spéciaux au bon moment, personne n’a raté sa finale, le public, les juges et l’équipe du EOW France ne boude pas son plaisir et le fait savoir.

Les 5 meilleurs MCs du End Of the Weak France en Finale nationale à Paris : c’est qui le patron ?

C’est dans le cadre de la Quinzaine paris Hip Hop que les 5 meilleurs MCs du contest End Of the Weak, sélectionnés parmi plus de 500 candidats, s’affronteront pour tenter de remporter le titre de champion de France End Of the Weak 2015.

RES TURNER, SANAÏ, EKTIR, FLEYO et PLB  : les cinq MC’s sélectionnés défendront leur région, en public et en plein air. Le tout animé avec la pèche et l’humour d’Artik et de Dandyguel aux cotés de Nicolson et Dj Keri aux platines.

Le grand gagnant remportera son ticket pour le championnat du monde End of the Weak en septembre 2015, qui se déroulera à  Montréal-au Québec (Canadaa . Une dizaine de nations seront représentées pour tenter de décrocher le titre suprême !

Un cadre exceptionnel, un casting lourd, une météo propice, pour un événement unique. Et s’il vous fallait quelques arguments de plus : C’est gratuit, de qualité et bon-enfant !

Nous y serons et vous donnons rendez-vous vendredi 5 juillet 2015 -  Quai Anatole France à Paris, entre 20H00 et 22H30 pour soutenir ces champions de l’improvisation.

Pour plus d’infos sur la finale France, rendez-vous sur l’évènement Facebook ici !

Edit du 6 juillet 2015 : pour lire la synthèse de la finale, rendez-vous sur l’article « Finale End of the Weak France 2015 : la synthèse« .