Veille d’actualités – Semaine 45

Cette semaine : alliance européenne des plateformes de streaming, malus pour le ContentID de Youtube, enceintes connectées, Fête de la musique à l’école, panorama des musiques du monde, etc.

Chaque semaine, l’IRMA vous propose une sélection d’informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d’actualités relayée sur nos réseaux sociaux :




Streaming : création d’un lobby paneuropéen des plateformes

Face à la concurrence des GAFA et avec l’objectif de peser sur les politiques européennes en matière de réforme du droit d’auteur, les plateformes de streaming Spotify, Deezer, SoundCloud, Qobuz et les services B2B 7digital et Soundcharts s’allient et créent Digital Music Europe.


Plus de 65% des vidéos sur YouTube contiennent de la musique mais ne génèrent aucun droit

Une étude vient contredire les affirmations de YouTube concernant le contenu musical et pourrait provoquer des changements majeurs dans la relation entre l’industrie musicale et la plateforme vidéo car 65% de ces vidéos YouTube ne sont même pas revendiquées par ContentID.


Impact et enjeux des enceintes connectées dans la filière musicale

Les enceintes connectées, apparues depuis peu sur le marché, posent aujourd’hui de véritables questions à l’industrie musicale en matière de découvrabilité, du revenus des artistes, d’ayant-droits et de données. Retour avec Nüagency sur la table ronde du 20 octobre à MaMA.


Panorama socio-économique des musiques du monde

Zone Franche a mené une enquête nationale auprès de ses 150 membres qui permet de dresser un état des lieux chiffré de la filière professionnelle des musiques du monde en France.


Création d’une Fête de la musique à l’école

Parmi ses priorités pour 2018, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a annoncé la création d’une ‘Fête de la musique à l’école’ dont la première édition aura lieu le 21 juin 2018.


Françoise Nyssen fâche la musique

Lors du débat sur la loi de finances, la ministre Françoise Nyssen a remballé la proposition visant à revaloriser le budget du Bureau Export, prétextant un budget du ministère sans plus de réserves. Une déclaration qui n’a pas plu à la filière.


En bref :