L’autoproduction en pleine croissance

Le marché mondiale de la musique enregistrée retrouve son niveau d’affaires d’il y a 10 ans et les artistes non signés en maison de disques représentent la plus forte croissance du marché (+27,2 %) !


Voilà qui permet de constater à quel point le marché de la musique a changé : le numérique permet l’essor du streaming – qui redonne des couleurs à l’économie – mais également le développement de l’autoproduction grâce entre autres aux nouveaux moyens de promotion (réseaux sociaux, blog, plateforme) et de distribution (développement des agrégateurs spécialisés dans la distribution numérique d’artistes non signés comme TuneCore ou iMusicians).

Une étude publiée par Midia Research annonce ainsi qu’avec une croissance de 27,2%, le segment des artistes non signés en maison de disques a connu la croissance la plus rapide en 2017. « Il comprend les revenus que les artistes générés par la distribution via des plateformes telles que Tunecore, CD Baby et Bandcamp de Believe Digital ».

« Jusqu’à présent, précise Midia Research, cette partie du marché a été exclue des mesures mondiales de la musique enregistrée. Avec près d’un demi-milliard de dollars de chiffre d’affaires en 2017 et en croissance bien plus rapide que les entreprises traditionnelles, ce secteur est trop vaste pour être ignoré« .
Il ne représente au final que 2,7% de part de marché mais, cumulé au chiffre d’affaires des labels indépendants, l’ensemble représente plus de 30% des revenus en 2017.

Les auteurs précisent cependant que « ces chiffres ne représentent ni la mort des labels ni le retour de la longue traîne, mais ils reflètent le fait qu’il existe un marché mondial pour les artistes qui ne sont pas signés par un label ».