Nouveau mode de calcul des tops & certifications du Snep

Les classements officiels et les certifications communiqués par le Snep (Syndicat National de l’Edition Phonographique) évoluent pour ne prendre en compte que les seules écoutes en streaming issues de la consommation premium.


La reprise de croissance du marché de la musique enregistrée pour la troisième année consécutive au niveau mondial s’appuie sur l’essor du streaming audio sur abonnement (voir les chiffres du marché 2017). Les producteurs de musique souhaitent ainsi s’appuyer sur « la véritable source de valeur générée par la consommation de musique » pour établir le calcul des classements des meilleurs ventes de musique enregistrée (Tops Albums et Singles). Autrement dit, le streaming « gratuit » ne sera plus pris en compte dans les classements du Snep à compter du 27 avril.
Comme l’ont fait Allemagne et l’Italie notamment, la « valeur » (économique, marchande) de la musique devient donc le « dénominateur commun à tous les modes de consommation, qu’ils soient physiques ou numériques » précise le Snep.

Concernant les certifications délivrées par le syndicat, cette nouvelle règle s’accompagne d’un réajustement à la hausse de +50% des seuils des seules certifications singles pour s’adapter à la nouvelle dynamique du marché. Les règles d’éligibilité aux certifications Albums ne sont en revanche pas modifiées.

Les nouveaux seuils des certifications Singles sont les suivants :

  • OR : 15 millions d’équivalents streams (au lieu de 10M)
  • PLATINE : 30 millions d’équivalents streams (au lieu de 20M)
  • DIAMANT : 50 millions d’équivalents streams (au lieu de 35M)

Ce nouveau mode de calcul s’inscrit dans un contexte où les professionnels de la musique demandent aux décideurs publics de corriger le « transfert de valeur » (décalage croissant entre la valeur que certaines plateformes numériques, en particulier les services de partage de contenus, tels que YouTube, tirent de la musique et les revenus reversés à la communauté musicale) pour établir un marché numérique plus équitable.
Ce nouveau mode de calcul basé sur le streaming premium préfigure ainsi ce qu’il en sera lorsque le streaming vidéo sera pris en compte dans l’assiette.